Pogo Car Crash Control (samedi)

Envoyer son ennui et sa frustration s’éclater contre un mur en faisant le plus de bruit possible : voilà peut-être l’idée de Pogo Car Crash Control en se lançant dans la musique. Brut, bouillant et bruyant, trois adjectifs inscrits au fer rouge par quatre vingtenaires qui ont réussi un sacré tour de force en quelques mois. P.C.C.C. cultive sa singularité, se moque des modes et tord le cou aux clichés de la musique de spécialiste pour revenir à l’essence du rock à guitares : l’électricité et l’honnêteté.

Avec son nouvel album, le groupe est prêt à défoncer un quelconque plafond de verre. Composé rapidement entre deux tournées et enregistré avec soin au studio Black Box, « Déprime Hostile » est un condensé du meilleur de Pogo. Des morceaux ultra saturés et puissants, pas loin d’une énergie hardcore (« Hypothèse Mort », « Déprime Hostile ») en condensés rock efficaces (« rancunier »), ce nouvel album s’offre aussi le luxe pour la première fois de dévergonder la pop avec deux morceaux aux tempos ralentis (« Balade grunge » et « Je perds mon temps »). C’est finalement l’ombre lointaine de Nirvana qui plane sur cette collection de titres et son envie de faire des morceaux mélodiques avec le plus de saturation et d’énergie possible.